vendredi 21 septembre 2012

Top 18 Meilleurs Textes et Paroles des chansons de Noël

Au royaume du bonhomme hiver




Au royaume du bonhomme hiver
Écoutez les clochettes
Du joyeux temps des fêtes
Annonçant la joie
Dans chaque cœur qui bat
Au royaume du bonhomme hiver

Sous la neige qui tombe
Le traîneau vagabonde
Semant tout autour
Sa chanson d'amour
Au royaume du bonhomme hiver

Le voilà qui sourit sur la place
Son chapeau, sa canne et son foulard
Il semble nous dire d'un ton bonasse
Ne voyez-vous donc pas qu'il est en tard

Il vivrait tout de même
Près du feu, je t'emmène
Allons-nous chauffer dans l'intimité
Au royaume du bonhomme hiver

Promenade en traîneau


Promenade en traîneau
Au petit trot s'en va le cheval avec
ses grelots et le traîneau joyeusement
dévale à travers les coteaux.

Dans le vallon s'accroche l'hiver mais le
ciel est bleu. Ah! Qu'il fait bon faire
un tour au grand air comme des amoureux.

Ho di up ho di up ohé, ohé du traîneau
Emmitouflez-vous bien dans vos manteaux
Ho di up ho di up ohé pour se tenir chaud
L'un contre l'autre on se blottit comme
deux moineaux dans un nid.

C'es merveilleux de voir défilant comme
un décor peint, devant nos yeux les
villages tout blancs et les petits sapins.
Parfois tu cries car ça penche un peu, c'est
L'instant d'effroi, moi je souris, j'ai le
cœur amoureux et le bout du nez froid.

L'attelage a déjà pris le chemin du retour.
Nous allons être surpris par la tombée du
jour, car c'est l'heure où la nuit sans
bruit s'épanouit comme une fleur et
s'allume le ciel qui change de couleurs.

Mais voici notre maison qui nous fait
signe au loin, sa lumière à l'horizon
scintille comme un point. Je me vois
déjà près de toi le rire aux yeux, le cœur
content, près du grand feu de bois qui
flambe et nous attend.

Au petit trot s'en va le cheval avec
ses grelots et le traîneau joyeusement
dévale à travers les coteaux.

Il est né le divin enfant


Il est né le divin enfant

Refrain:
Il est né le divin enfant,
Jouez hautbois, résonnez musettes !
Il est né le divin enfant,
Chantons tous son avènement !

Depuis plus de quatre mille ans,
Nous le promettaient les prophètes
Depuis plus de quatre mille ans,
Nous attendions cet heureux temps.
(Refrain)

Ah ! Qu'il est beau, qu'il est charmant !
Ah ! Que ses grâces sont parfaites !
Ah ! Qu'il est beau, qu'il est charmant !
Qu'il est doux ce divin enfant !
(Refrain)

Une étable est son logement
Un peu de paille est sa couchette,
Une étable est son logement
Pour un dieu quel abaissement !
(Refrain)

Partez, grands rois de l'Orient !
Venez-vous unir à nos fêtes
Partez, grands rois de l'Orient !
Venez adorer cet enfant !
(Refrain)

Il veut nos cœurs, il les attend :
Il est pour faire leur conquête
Il veut nos cœurs, il les attend :
Donnons-les lui donc promptement !
(Refrain)

O Jésus ! O Roi tout-puissant
Tout petit enfant que vous êtes,
O Jésus ! O Roi tout-puissant,
Régnez sur nous entièrement !
(au Refrain)

Mon beau sapin


Mon beau sapin

Mon beau sapin, roi des forêts
Que j'aime ta verdure !
Quand par l'hiver, bois et guérets
Sont dépouillés de leurs attraits
Mon beau sapin, roi des forêts
Tu gardes ta parure.

Toi que Noël planta chez nous
Au saint anniversaire,
Mon beau sapin, comme il est doux
De te voir briller par nous,
Toi que Noël planta chez nous
Scintillant de lumière.

Mon beau sapin tes verts sommets
Et leur fidèle ombrage
De la foi qui ne ment jamais
De la constance et de la paix.
Mon beau sapin tes verts sommets
M'offrent la douce image.

Vive le vent


Vive le vent

Sur le long chemin
Tout blanc de neige blanche
Un vieux monsieur s'avance
Avec sa canne dans la main
Et tout là-haut le vent
Qui siffle dans les branches
Lui souffle la romance
Qu'il chantait petit enfant :

Refrain:
Vive le vent, vive le vent
Vive le vent d'hiver
Qui s'en va sifflant, soufflant
Dans les grands sapins verts...
Oh ! Vive le temps, vive le temps
Vive le temps d'hiver
Boule de neige et jour de l'an
Et bonne année grand-mère...
Joyeux, joyeux Noël
Aux mille bougies
Quand chantent vers le ciel
Les cloches de la nuit,
Oh ! Vive le vent, vive le vent
Vive le vent d'hiver
Qui rapporte aux vieux enfants
Leurs souvenirs d'hier...

Et le vieux monsieur
Descend vers le village,
C'est l'heure où tout est sage
Et l'ombre danse au coin du feu
Mais dans chaque maison
Il flotte un air de fête
Partout la table est prête
Et l'on entend la même chanson :
(Refrain)

Boule de neige et jour de l'an
Et bonne année grand-mère !
Vive le vent d'hiver !

Noël Blanc


Noël Blanc

Oh ! Quand j'entends chanter Noël
J'aime revoir mes joies d'enfant
Le sapin scintillant, la neige d'argent
Noël mon beau rêve blanc
Oh ! Quand j'entends sonner au ciel
L'heure où le bon vieillard descend
Je revois tes yeux clairs, Maman
Et je songe à d'autres Noëls blancs

La nuit est pleine de chants joyeux
Le bois craque dans le feu
La table est déjà garnie
Tout est prêt pour mes amis
Et j'attends l'heure où ils vont venir
En écoutant tous mes souvenirs

Oh ! Quand j'entends chanter Noël
J'aime revoir mes joies d'enfant
Le sapin scintillant, la neige d'argent
Noël mon beau rêve blanc
Oh ! Quand j'entends sonner au ciel
L'heure où le bon vieillard descend
Je revois tes yeux clairs, Maman
Et je songe à d'autres Noëls blancs
Je revois tes yeux clairs, Maman
Et je songe à d'autres Noëls blancs

Les anges dans nos campagnes


Les anges dans nos campagnes

Les anges dans nos campagnes
Ont entonné l'hymne des cieux,
Et l'écho de nos montagnes
Redit ce chant mélodieux :
Gloria in excelsis Deo (Bis)

Bergers, pour qui cette fête ?
Quel est l'objet de tous ces chants ?
Quel vainqueur, quelle conquête
Mérite ces cris triomphants :
Gloria...

Ils annoncent la naissance
Du libérateur d'Israël
Et pleins de reconnaissance
Chantent en ce jour solennel :
Gloria ...

Cherchons tous l'heureux village
Qui l'a vu naître sous ses toits
Offrons-lui le tendre hommage
Et de nos cœurs et de nos voix :
Gloria ...

Bergers, quittez vos retraites,
Unissez-vous à leurs concerts,
Et que vos tendres musettes
Fassent retenir les airs :
Gloria ...



Le petit renne au nez rouge  

Le petit renne au nez rouge

Quand la neige recouvre la verte Finlande,
Et que les rennes traversent la lande,
Le vent dans la nuit
Au troupeau parle encore de lui.

On l'appelait Nez rouge
Ah comme il était mignon,
Le p'tit renne au nez rouge,
Rouge comme un lumignon.
Son p'tit nez faisait rire
Chacun s'en moquait beaucoup,
On allait jusqu'à dire
Qu'il aimait boire un p'tit coup.
Une fée qui l'entendit
Pleurer dans le noir
Pour le consoler lui dit
Viens au paradis ce soir.
Comme un ange Nez rouge,
Tu conduiras dans le ciel
Avec ton p'tit nez rouge
Le charriot du père Noël.

Quand ses frères le virent d'allure si leste
Suivre très digne les routes célestes.
Devant ses ébats, plus d'un renne resta baba.

On l'appelait Nez rouge
Ah comme il était mignon,
Le p'tit renne au nez rouge,
Rouge comme un lumignon.
Maintenant qu'il entraîne
Son char à travers les cieux,
C'est lui le roi des rennes
Et son nez fait des envieux.
Vous fillettes et garçons
Pour la grande nuit,
Si vous savez vos leçons
Dès que sonnera minuit.
Ce petit point qui bouge
Ainsi qu'une étoile au ciel,
C'est le nez de Nez rouge
Annonçant le père Noël.

Petit Papa noël


Petit papa Noël

C'est la belle nuit de Noël,
La neige étend son manteau blanc
Et les yeux levés vers le ciel,
À genoux les petits enfants,
Avant de fermer les paupières,
Font une dernière prière.

Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel,
Avec des jouets par milliers,
N'oublie pas mon petit soulier.
Mais avant de partir, il faudra bien te couvrir,
Dehors tu dois avoir si froid,
C'est un peu à cause de moi.
Il me tarde tant que le jour se lève
Pour voir ce que tu m'as apporté :
Tous les beaux joujoux que je vois en rêve
Et que je t'ai commandés.
Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel,
Avec des jouets par milliers,
N'oublie pas mon petit soulier !

Le marchand de sable est passé,
Les enfants vont faire dodo,
Et tu vas pouvoir commencer
Avec ta hotte sur le dos
Au son des cloches des églises
Ta distribution de surprises.

Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N'oublie pas mon petit soulier.
Si tu dois t'arrêter
Sur les toits du monde entier
Tout ça avant demain matin,
Mets-toi vite, vite en chemin.
Et quand tu seras sur ton beau nuage,
Viens d'abord sur notre maison
Je n'ai pas été tous les jours bien sages,
Mais j'en demande pardon.
Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel,
Avec des jouets par milliers,
N'oublie pas mon petit soulier !
Petit papa Noël.

Dans cette étable


Dans cette étable

Dans cette étable, que Jésus est charmant!
Qu'il est aimable, dans son abaissement!
Que d'attraits à la fois, tous les palais des rois n'ont rien de comparables.
Aux beautés que je vois dans cette étable.

Que je vous aime! Vous vous cachez en vain.
Beauté suprême Jésus, Enfant Divin!
Vous êtes à mes yeux
Le puissant roi des cieux
Le fils de Dieu lui-même
Descendu dans ces lieux. Ah ! Je vous aime.


L'enfant au tambour

L'enfant au tambour

Sur la route Pa Ram Pam Pam Pam
Petit tambour s'en va Pa Ram Pam Pam Pam
Il sent son cœur qui bat Pa Ram Pam Pam Pam
Au rythme de ses pas ! Pa Ram Pam Pam Pam
Ram Pam Pam Pam
Ram Pam Pam Pam
Ô ! petit enfant Pa Ram Pam Pam Pam
Où vas-tu ?

Hier, mon père Pa Ram Pam Pam Pam
A suivi le tambour Pa Ram Pam Pam Pam
Le tambour des soldats Pa Ram Pam Pam Pam
Ram Pam Pam Pam
Ram Pam Pam Pam

Là, je veux donner pour son retour
Mon tambour

Tous les anges Pa Ram Pam Pam Pam
Ont pris leurs beaux tambours Pa Ram Pam Pam Pam
Et ont dit à l'enfant Pa Ram Pam Pam Pam
Ton père est de retour ! Pa Ram Pam Pam Pam
Ram Pam Pam Pam
Ram Pam Pam Pam
Et l'enfant s'éveille Pa Ram Pam Pam Pam
Sur son tambour.

D'où viens-tu bergère?


D'où viens-tu bergère?

D'où viens-tu bergère, d'où viens-tu?
Je viens de l'étable, de m'y promener,
j'ai vu un miracle, ce soir arriver.

Qu'as-tu vu bergère, qu'as-tu vu?
J'ai vu dans la crèche, un petit enfant,
sur la paille fraîche, mis bien tendrement.

Rien de plus bergère, rien de plus?
Sainte Marie sa mère sous un humble toit,
Saint Joseph son père, qui tremble de froid.

Rien de plus bergère, rien de plus?
Y'a le bœuf et l'âne qui sont par devant,
avec leur haleine, réchauffent l'enfant.

Rien de plus bergère, rien de plus?
Y'a trois petits anges, descendus du ciel,
Chantant les louanges, du Père éternel.

J'ai vu maman embrasser le Père Noël


J'ai vu maman embrasser le Père Noël


C'est Noël et comme chaque année
Le petit Jojo a des joujoux plein sa cheminée
Mais depuis la nuit même
Il a aussi un secret
A son nounours qu'il aime
Il murmure «si tu savais»

Moi, j'ai vu petite maman hier soir
En train d'embrasser le Père Noël
Ils étaient sous le gui
Et me croyaient endormi
Mais sans en avoir l'air
J'avais mes deux yeux entr'ouverts

Ah si papa était venu à passer
Je me demande ce qu'il aurait pensé
Aurait-il trouvé naturel
Parce qu'il descend du ciel
Que maman embrasse le Père Noël

Quand j'ai vu petite maman hier soir
En train d'embrasser le Père Noël
J'ai bien cherché pourquoi
Et j'ai deviné je crois
C'est parce qu'il m'avait
Apporté de si beaux jouets

Aussi pour l'an prochain j'ai bon espoir
Qu'il viendra encore à mon appel
Et de nouveau je ferai semblant
De dormir profondément
Si maman embrasse le Père Noël

Le bonhomme de neige


Le bonhomme de neige

C’est l’hiver et le hameau tremblant
Est couvert d’un édredon tout blanc,
Mais dehors les enfants
Courent triomphants.

Regardez le bonhomme de neige
Qui se dresse à l’orée du grand bois.
Il a l’air imposant d’un roi nègre
Qui soudain serait blanc de froid.
C’est l’hiver, mon chéri,
Je t’adore et te prie
Pour qu’un ciel toujours bleu nous sourit
Car l’amour bien souvent
N’est aussi qu’un jeu d’enfant
Qu’on voit fondre au soleil du printemps.

Un gamin l’a coiffé d’un chapeau
Dans ses mains, on pique un vieux plumeau
Et l’on rit de son nez tout enfariné

Regardez le bonhomme de neige
Qui se dresse à l’orée du grand bois
Tous les jours, les enfants en cortège,
Le saluent en criant de joie.

C’est l’hiver...

Les enfants oubliés


Les enfants oubliés


Les enfants oubliés traînent dans les rues
Sans but et sans hasard
Ils ont froids, ils ont faim
Ils sont presque nus
Et leurs yeux sont remplis de brouillard.
Comme une volée de pauvres moineaux
Ils ont pour rêver le bord des ruisseaux
Recroquevillés sous le vent d’hiver
Dans leur pull over de laine mitée

Les enfants oubliés traînent dans les rues
Sans but et au hasard
Ils ont froid, ils ont faim
Ils sont presque nus
Et leurs yeux sont remplis de brouillard.

Les enfants oubliés n’ont pour seuls parents
Que les bruits des grands boul’vards
Dans le creux de leurs mains
Ils tendent aux passants
Des objets dérobés aux bazars
Ils ont pour s’aimer d’un naïf amour
La fragilité des mots de velours
Ils ont pour palais tout un univers
Dans les courants d’air des vastes cités

Les enfants oubliés traînent dans les rues
Tout comme des petits vieux
Ils sont presque nus
Mais ce sont les enfants du bon Dieu...

Père Noël arrive ce soir

 
Père Noël arrive ce soir

J’ai vu dans la nuit passer un traîneau
Et j’ai vu aussi ton grand ami
Père Noël arrive ce soir
Il allait vers toi dans la cheminée.
Il allait vers toi pour y déposer
Des jouets dans ton bas, ce soir

Et tu devras dormir
Sans te faire aucun souci
Même si tu n’en as pas envie,
Tu devras rester au lit.

J’ai vu passer dans la nuit,
Passer un traîneau
Et j’ai vu aussi ton grand ami.
Père Noël arrive ce soir.

Quand viendra le jour,
Tu te lèveras
Et tour à tour, tu ouvriras
Les cadeaux que tu verras.

Tu vas t’amuser
Tu vas rigoler
Mais il ne faudrait pas oublier
D’être sage toute l’année...

Trois anges sont venus ce soir


Trois anges sont venus ce soir

Trois anges sont venus ce soir
M'apporter de bien belles choses.
L'un d'eux avait un encensoir
L'autre avait un bouquet de roses.
Et le troisième avait en main
Une robe toute fleurie
De perles, d'or et de jasmin
Comme en a Madame Marie.
Noël, Noël, Nous venons du ciel
T'apporter de très belles choses
Car le bon Dieu au fond du ciel
Est chagrin lorsque tu soupires.

Veux-tu le bel encensoir d'or
Ou la rose éclose en couronne ?
Veux-tu la robe ou bien encor
Un collier où l'argent fleuronne?
Veux-tu des fruits du paradis
Ou du blé des célestes granges ?
Ou comme les bergers jadis
Veux-tu voir Jésus dans ses langes ?
Noël, Noël, retournez au ciel
Mes beaux anges, à l'instant même
Dans le ciel bleu demandez à Dieu
Le bonheur pour celui que j'aime.

O douce nuit


O douce nuit
O douce nuit, belle nuit
C'est Noël aujourd'hui
Et pendant que les clochers joyeux
Carillonnent sous la voûte des cieux
Sous les toits des chaumières
On a le cœur bien heureux.
Douce nuit, sainte nuit
C'est joli un sapin vert
Recouvert de sa neige d'argent
Près du feu qui s'endort doucement
Cette nuit une étoile luit
Là où l'enfant descendit.
O cette nuit, douce nuit
Quand il vient, à minuit
Presque nu dans le froid et le vent
Attendu depuis la nuit des temps
Pour offrir à tous les hommes
Un peu de son paradis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire