dimanche 23 octobre 2011

Croyances et superstitions



Le parapluie



Ouvrir un parapluie dans une maison portait malheur et était considéré comme un blasphème.
 Le déployer par beau temps attirerait la pluie.

Les Américains pensent que le sortir empêcherait le mauvais temps de venir.

Ne jamais poser votre parapluie sur un lit car vous aurez à subir une dispute familiale dans les heures suivantes.

De la même manière, ne le mettez pas sur une table.

L'ail
      
Cet aliment auquel on prête mille vertus a été mis à toutes les sauces.
 Il protégerait du mauvais oeil, des serpents, des malheurs, des vampires et permettrait de guérir bien des maux, comme la fièvre, les insomnies, les verrues ou les hémorragies.

Et quand la science vient confirmer ses vertus médicinales avec ses effets positifs sur l'appareil digestif et le système cardio-vasculaire, on peut parler de l'ail comme d'un remède par excellence de tous nos petits bobos, du corps et de l'âme.

Grecs et Romains l'utilisaient pour combattre ou pratiquer un sport.
En Babylonie, il était censé chasser les mauvais esprits.
Les Egyptiens le pendaient au cou des enfants pour purger leurs intestins

Le pain
Mettre le pain sur dos, une croyance moins répandue, mais bien réelle, dans les campagnes.
On le retourne vite, lorsqu'il n'est pas déposé sur la table du côté des rainures que le boulanger trace sur lui avant de l'enfourner.

Cette superstition remonterait au Moyen-Age, époque à laquelle les boulangers mettaient la part de pain destinée au bourreau à l'envers.

Le sel
 Ingrédient essentiel du culte égyptien, le sel est considéré comme un signe d'alliance dans la Bible.
Etant lié à la mer dont nous sommes tous issus, symbole de vie et de fertilité, on lui confère bien des propriétés.
Au fond d'une poche, il préserve du Diable.
Sur la langue d'un enfant qu'on baptise, il a les mêmes propriétés.

Si l'on renverse du sel sur une table, il faut en lancer une pincée par-dessus son épaule gauche pour être préservé du mauvais sort.
Au Moyen-Age, le sel conjurait le mauvais sort, il fallait en mettre dans les coins de chaque pièce d'une maison.




Chat Noir
 En Egypte, le chat et la divinité Bastet, la chatte, sont des figures positives.
Les cendres d'un chat incinéré après sa mort chassaient les mauvais esprits.
Les enfants portaient une représentation de l'animal en médaillon autour du cou pour éviter tout danger.

En Occident, le chat évoquait à la fois l'hypocrisie et la sournoiserie.

Au Moyen-Age, les chats voient leur cote de popularité baisser.
Associés aux rats, ils suscitent le dégoût, en particulier quand ils sont noirs car ils sont des compagnons des sorcières et de Satan, voire le diable en personne.
 En croiser un, de grand matin, annonce tempêtes, disputes et trahison.

Croiser un chat en Perse, dans le monde arabe ou en France annonçait un grand malheur.

En Turquie, il présageait une dispute.

Les Américains n'aiment pas voir un chat le matin, signe d'une mauvaise journée.

En Chine, il préservait des mauvais esprits.

Au Cambodge, sa venue signifiait le retour de la pluie après la sécheresse.

Les Africains estiment qu'il est le seul animal refusant une alliance avec le mal.

En Angleterre, avoir un chat en motifs imprimés sur ses vêtements favoriserait la chance.

En France, des milliers de chats furent brûlés chaque mois, jusqu'à ce que Louis XIII, mît un terme à cette cruelle pratique.
  
Vu le nombre de siècles pendant lesquels les chats noirs furent sacrifiés dans toute l'Europe, n'est-il pas surprenant de constater que le gène de la couleur noire a survécu ?.....
A moins que les chats ne possèdent effectivement neuf vies....



Le chiffre 13 et vendredi 13
Parmi toutes les superstitions, le malaise suscité par le nombre 13 est celui qui touche le plus grand nombre aujourd'hui.
En France par exemple, de nombreuses rues ne comportent pas de numéro 13 ; sur les vols nationaux et internationaux, de nombreux avions n'ont pas de 13e rang. Aux Etats-Unis, le quatorzième étage suit directement le douzième dans bon nombre de gratte-ciel.

Née en Scandinavie au temps de la mythologie, cette superstition vient du fait qu'un jour se tenait un banquet auquel 12 divinités avaient été conviées. Soudain le dieu de la guerre et du mal fit irruption dans la salle, élevant à 13 le nombre de convives. On voulut alors le chasser, ce qui déclencha une violente dispute qui entraîna la mort d'un autre dieu, le plus aimé de tous.

Cette superstition s'étendit bientôt à toute l'Europe et à l'aube de l'ère chrétienne, elle allait trouver un nouveau souffle avec le repas le plus célèbre de l'humanité, la Cène, où le Christ et ses apôtres étaient 13 autour d'une table et moins de 24 heures après, Jésus était crucifié.


Concernant le VENDREDI 13, ce fut un vendredi 13 qu'Eve tenta Adam avec la pomme, que l'arche de Noé fut lancée sur les flots, qu'une confusion de langues frappa la Tour de Babel, que le Temple de Salomon fut détruit et que le Christ mourut sur la croix.



Miroir brise
 Cette superstition reste l'une des plus répandues aujourd'hui et elle est née bien avant l'apparition des premiers miroirs de verre au 1er siècle avant JC.
En effet, les Grecs se servaient de cruches de terre cuite remplies d'eau pour la divination.
Le récipient plein d'eau était sensé révéler l'avenir de la personne dont l'image se reflétait.
Si la cruche remplie à ras bord se brisait "par inadvertance", le voyant pouvait interpréter qu'il ne restait plus à cette personne que peu de temps à vivre.

Cette supersistition fut adoptée par les Romains qui y ajoutèrent leur petite touche personnelle qui perdure encore : persuadés que l'état de santé d'un individu évoluait selon des cycles de 7 ans, ils en déduisirent que le miroir qui reflète l'apparence d'une personne et donc son état de santé, augurait 7 ans de maladie ou de malchance s'il venait à se briser.

Trefle a quatre feuilles
 Ce fut l'extrême rareté des  qui lesTrefles a quatre feuilles rendit sacrés aux yeux des druides adorateurs du soleil. Le trèfle à quatre feuilles conférait à son possesseur le pouvoir de déceler la présence de démons....

Aujourd'hui, les trèfles à quatre feuilles ne sont plus si rares, puisque dans les années 1950, des horticulteurs ont mis au point une graine produisant uniquement ces trèfles-là et ils poussent dorénavant pas millions.

Cette soudaine profusion prive non seulement cette petite plante de ses "pouvoirs magiques" que lui conférait son extrême rareté, mais ôte également tout le plaisir et la fierté que l'on tirait autrefois de sa découverte.

Fer a cheval
Le fer a cheval  ne porte bonheur qu'à condition d'être trouvé par hasard sur un chemin, d'avoir l'ergot tourné vers le sol et de comporter sept trous, quatre sur la branche gauche, trois sur celle de droite.
Il protège du diable lorsqu'il est cloué en forme de C (initiale du Christ), face à la porte d'entrée. Certains prétendent qu'il faut l'accrocher vers le haut, afin que ses pouvoirs ne s'échappent pas !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire